MARINE LE PEN COMUNICAT DE PRESA IN PRESA EXTERNA

 

 

Mois après mois, c’est le même constat terrible qui s’impose, l’accélération du désastre économique et social qui frappe la France et plonge des millions de salariés français dans l’angoisse de la précarité.

Les chiffres du mois d’août n’échappent pas à ce sinistre bilan. Après la hausse enregistrée au mois de juillet, la courbe a poursuivi inexorablement sa montée (+22300) et concerne toutes les catégories (A,B et C) pour un nombre toujours plus inquiétant de 5.65 millions de personnes affectées.

Autant de drames humains et de familles plongées dans la détresse de lendemains incertains que laissent de marbre les gouvernants, ceux d’hier comme d’aujourd’hui, répétant inlassablement les mêmes erreurs, s’accrochant dogmatiquement aux politiques économiques funestes et à un modèle ultra-libéral qui a pourtant fait la preuve depuis trop longtemps de ces effets ravageurs.

Alors même qu’Emmanuel Macron dans une opération d’enfumage médiatique promet de mettre fin à cette marche forcée vers la précarité généralisée, les premières mesures imposées, au rang desquelles les ordonnances sur la réforme du Code du travail, s’inscrivent dans la poursuite et l’aggravation de l’austérité, de l’injustice fiscale, de la concurrence internationale déloyale ou encore de l’abandon des PME-PMI au profit des multinationales.

Il est aujourd’hui plus que temps d’en finir avec cet immobilisme destructeur et impératif que la France change de cap, se réarme face à la mondialisation sauvage, se protège par la mise en place d’un patriotisme économique et s’engage résolument aux côtés des PME-PMI qui sont les poumons de notre économie.

 

Both comments and pings are currently closed.

Comments are closed.

Sunt milioane de probleme economice si sociale , pentru combaterea saraciei lucie, saraciei curata-marginalizare este rezultatul excluziunii sociale ce sunt promovate la periferia Societatii civile. Justitaia sa fie buna trebuie sa fie corecta. Politicii publice durabile si structurale ,pentru modernizarea cailor ferate, ar trebuie sa fie unele dintre obiectivele tuturor guvernelor politice. Nu sunt de loc reforme pentru ocupare :crearea de locuri de munca, flexibilizarea pietei muncii, facilitati si scutieri fiscale acolo unde este cazul pentru angajatori. Democratia are nevoie insa de mecanisme speciale prin care sa se poata „certifica” legitimitatea. Statul de drept nu poate sa fie fara respectarea drepturile omului si cele globale. Incalcarea drepturilor la locuire in institutii fundamentale, pentru grupuri marginalizate nu ofera justitiei sociala. Drepturile omului sunt inalienabile, adica nu pot fi instrainate .Nicio persoana fizica si juridica nu poate incalca drepturile omului deoarece sunt expresia obligatiile fundamentale prevazute in drepturile sale sunt legitime de nicio persoana nu are dreptul sa priveze pe cineva de drepturi. Din partea drepturilor omului pretinde ca nicio persoana sa nu fie mai presus de lege. Comunitatea drepturile omului prevede pacea, securitate sociala, promovarea si modernizarea sistemului de valori si democratie. Protectia si dezvoltarea economica si sociala formulate de libertatea presei de orice entitate sociala. Sistemul juridic din Romania are nevoie sa fie un regim al valorilor si legile sunt respectate in raport cu toti cetatenii. Sunt multe de facut si nu se face nimic!